Publié le 29 Janvier 2014

Genre : Recueil

Date de parution : 2006

Quatrième de couverture :

Comme le fleuve qui coule est un recueil de 101 textes courts publiés par Paulo Coelho entre 1998 et 2005. Au fil des pages, il nous ouvre les portes de son univers d'écrivain, fait de petits morceaux de quotidien et de récits imaginaires qui acquièrent sous sa plume une dimension de contes philosophiques et pédagogiques à l'usage de tous ceux et de toutes celles qui désirent vivre en harmonie avec le monde qui les entoure.

« Ces pages contiennent les récits de certains moments que j'ai vécus, des histoires que l'on m'a racontées, des réflexions que je me suis faites pendant que je parcourais une certaine étape du fleuve de ma vie. Ces textes ont été publiés dans divers journaux du monde, et j'ai décidé de les réviser et de les compiler dans ce recueil. Ils font partie de mon existence et je vous les offre, à vous, mes lecteurs. »

Paulo Coelho

Mon avis :

On reconnaît typiquement dans ce recueil la plume et les thèmes de prédilection de l'auteur : le rêve, les épreuves du destin et l'accomplissement d'une légende personnelle ; l'amour, la foi, l'espoir et l'optimisme ; la mort, le temps qui passe, nos différences...

Chaque petit texte illustre, à la manière d'une métaphore, une idée de l'auteur à l'aide d'un exemple concret, aboutissant à une morale plus ou moins explicite comme en conclusion d'une fable.

Extraits :

"Je mène un long et difficile combat contre moi-même [...].

L'angoisse est immense, mais je suis décidé à rester ici, sans rien faire, au moins quelques heures.

Peu à peu, l'anxiété cède la place à la contemplation, et je commence à écouter mon âme. Elle avait une folle envie de causer avec moi, mais je suis tout le temps occupé."

***

"Savez-vous que les bananes peuvent vous enseigner la signification de l'existence ?"

Il a retiré de son sac une banane pourrie, et il l'a jetée.

"Celle-là, c'est la vie qui est passée, on n'en a pas profité au bon moment, et maintenant il est trop tard."

Ensuite, il a pris dans le sac une banane encore verte, la lui a montrée et l'a rangée.

"Celle-là, c'est la vie qui n'est pas encore arrivée, il faut attendre le bon moment."

Enfin, il a sorti une banane mûre, l'a épluchée, et l'a partagée avec Isabella.

"Celle-ci, c'est le moment présent. Sachez la dévorer sans crainte ni culpabilité."

Comme le fleuve qui coule, de Paulo Coelho

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Essais

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2014

Genre : Roman

Date de parution : 2013

Quatrième de couverture :

"Billie, ma Billie, cette princesse à l’enfance fracassée qui se fraye un chemin dans la vie avec un fusil de chasse dans une main et On ne badine pas avec l’amour dans l’autre, est la plus jolie chose qui me soit arrivée depuis que j’écris." A.G.

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce dernier roman d'Anna Gavalda, qui diffère vraiment de ce qu'elle a écrit jusqu'à présent. L'écriture est sublime, bien que le registre se révèle tout à fait différent, puisque les mots sortent tout crus de la bouche d'une adolescente issue d'un milieu difficile, et ayant vécu une enfance destructrice. Cette histoire constitue pour autant un mélange d'une tendresse et d'une violence éblouissantes, à la fois poétique, "petite étoile", et tellement terre à terre...

Une lecture bouleversante, que je recommande fortement !

Billie, d'Anna Gavalda

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Romans

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2014

Genre : Roman

Date de parution : 2005

Quatrième de couverture :

"Personne ne savait que faire en cas de bonheur. On avait des assurances pour la mort, pour la voiture, et pour la mort en voiture. Mais qui nous protégera du bonheur ? Jean-Jacques venait de comprendre que ce bonheur, en devenant si fort, était la pire chose qui pût lui arriver."

Après Le Potentiel érotique de ma femme (Prix Roger-Nimier 2004), David Foenkinos nous emmène avec humour et ironie sur les chemins de l'adultère et du couple, "ce pays qui a la plus faible espérance de vie".

Mon avis :

Décidément, j'aime beaucoup les romans de David Foenkinos ! L'auteur aborde, avec finesse et humour, comme toujours, la fragilité de l'amour et les histoires de couples sous différents angles de vue : celui de l'ami(e), de l'amant(e), des parents, du rival potentiel ou encore des collègues... Les deux premières phrases, "Le mariage est un enfer", et "Jamais je n'ai été aussi heureux que pendant mes années de mariage", annoncent en effet la couleur.

Je redoutais un peu la lecture de ce livre par la prépondérance de messages pessimistes tels que la banalisation de l'adultère ou la montée du nombre de divorces ; l'impossibilité, en somme, de vivre une histoire d'amour durable et heureuse... En fin de compte, si le roman n'est pas tout rose, les histoires amoureuses décrites dans cette fiction suivront chacune leur propre scénario ; souvent imprévisibles, pleins de rebondissements, ils mèneront tantôt à la destruction irréversible du couple, tantôt à sa refondation, sans oublier le cortège de doutes, de ruptures, d'atermoiements et de remords...

Pour les optimistes, ce livre corroborera deux adages constructifs : l'herbe semble toujours plus verte chez le voisin, d'une part, et l'on apprend aussi beaucoup de ses erreurs !

En cas de bonheur, de David Foenkinos

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Romans

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2014

Genre : Nouvelle

Date de parution : 2007

Quatrième de couverture :

Pour guérir d’une rupture sentimentale, un homme se réfugie à Ostende, ville endormie face à la mer du Nord. Sa logeuse, la solitaire Emma Van A., va le surprendre en lui racontant l’étrange histoire de sa vie, où se conjuguent l’amour le plus passionné et un érotisme baroque. Superbe mystificatrice ou femme unique ?
Cinq histoire où Eric-Emmanuel Schmitt montre le pouvoir de l’imagination dans nos existences. Cinq histoires – La rêveuse d’Ostende, Crime parfait, La guérison, Les mauvaises lectures, La femme au bouquet – suggérant que le rêve est la véritable trame qui constitue l’étoffe de nos jours.

Mon avis :

Voici une excellente nouvelle extraite du recueil La rêveuse d'Ostende, aux frissons garantis et à la chute vertigineuse. Située à la frontière entre le thriller et le conte macabre, cette histoire révèle, à la manière d'une mise en abyme, le pouvoir et l'influence qu'exerce la lecture sur notre imagination. En ce sens, elle constitue à mon goût une très belle métaphore !

Dans ce recueil, je vous recommande aussi Crime parfait.

Les mauvaises lectures, d'Eric-Emmanuel Schmitt

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Nouvelles

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2014

Genre : Nouvelle

Date de parution : 2006

Quatrième de couverture :

Huit récits, huit femmes, huit histoires d'amour. De la petite vendeuse à la milliardaire implacable, de la trentenaire désabusée à une mystérieuse princesse aux pieds nus en passant par des maris ambigus, des amants lâches et des mères en mal de filles, c'est une galeries de personnages inoubliables qu'Eric-Emmanuel Schmitt poursuit avec tendresse dans leur quête du bonheur.

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé cette nouvelle extraite du recueil Odette Toulemonde et autres histoires, qui conte un épisode de la vie d'une vieille femme : je l'ai trouvée d'une simplicité touchante. Le thème abordé, dont j'ai vite cerné les tenants et les aboutissants, me tient particulièrement à cœur. Je n'en révèlerai pas plus... je vous laisse découvrir !

L'intruse, d'Eric-Emmanuel Schmitt

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Nouvelles

Repost 0