Publié le 15 Décembre 2013

Genre : Roman

Date de parution : 2006

Quatrième de couverture :

Le plan, c'était d'attacher les flics avec leurs propres menottes. Mais ces deux-là n'ont pas de menottes. Les menottes, c'est le cœur du drame. Plus tard, elle dira que si les flics avaient eu des menottes, rien de tout ce qui va suivre ne serait arrivé.

Histoire d'un amour hors du commun, évocation de la jeunesse révoltée, ce roman est librement inspiré de l'histoire de deux jeunes amants meurtriers. Un «fait divers» qui, en octobre 1994, bouleversa la France.

Mon avis :

J'ai bien apprécié ce roman car j'ai trouvé intéressante l'introspection des personnages, et l'évolution insidieuse et progressive de l'histoire d'amour vers le drame : comment l'un entraîne l'autre dans sa spirale irréversible, comment l'amour peut-il conduire à l'isolement, la folie, la violence et le meurtre ? L'histoire est dépeinte sans atténuation et ne manque pas de cruauté, mais elle permet aussi de tenter de comprendre la genèse de cette violence, sans pour autant la justifier d'aucune façon. L'ouverture d'esprit, la finesse psychologique et la qualité de la plume de David Foenkinos m'ont convaincue une fois de plus !

Extraits :

« Un jour du début, elle paraît fatiguée ; il l'interroge :

"Tu as l'air épuisée.

- Oui... Je t'aime", répond-elle.

Elle se moquait des autres, avant. Ceux qui gloussaient idiotement la répugnaient ; et voilà qu'elle leur ressemblait maintenant, qu'elle était béate de bonheur, ridicule comme tous les autres, mais quel bonheur d'être ridicule quand on aime [...].

Je ne sais que lui dire, pense-t-elle. Ou plutôt, je sais ce que je pourrais lui dire, mais j'ai peur que mes mots ne soient pas à la hauteur des siens. J'ai peur qu'il soit déçu, qu'il parte, que son visage se ferme, j'ai peur qu'il ne me regarde plus comme il m'a regardée.

Elle est silencieuse, pense-t-il. J'ai l'impression qu'elle m'admire un peu. Je suis plus âgé, c'est normal. Je dois avoir l'air sûr de moi. Et pourtant, c'est si difficile. Il ne faut pas qu'elle sache que son silence me trouble, que j'aime en elle quelque chose que je ne connais pas.

J'ai lu un livre ce matin, pense-t-elle. J'ai eu beaucoup de mal à me concentrer, je pensais tout le temps à lui. Il était entre les lignes, il était entre les mots. Il s'immisçait dans les courbes d'une lettre. Je me suis forcée à lire, en pensant que je pourrais lui raconter ce soir mes impressions. Mais j'ai tout oublié maintenant. Le titre existe quelque part sur le bout de ma langue.

Sa bouche est vraiment particulière, pense-t-il. J'ai envie de l'embrasser, mais je l'ai déjà trop embrassée. Je ne veux pas que nous ressemblions à tous ces couples qui passent leur temps à s'embrasser pour masquer leur silence. Je me sens calme et c'est un sentiment rare.

Impossile de m'en souvenir, pense-t-elle. Impossible de me souvenir de quoi que ce soit. Ma journée est une amnésie. Tout comme mon passé qui s'est transformé en une forme floue. Je suis devenue une attente, chaque minute de ce jour a été une tension vers lui. Il est si beau.

C'est à moi de parler, pense-t-il. Je dois lui dire ce qui m'a encore révolté aujourd'hui, mais, là, à cet instant, il n'y a rien que mon désir de l'embrasser.

J'ai envie qu'il m'embrasse, pense-t-elle.

Ils s'embrassent. »

***

« Elle regarde son amour, immobile déjà, et calme. Presque soulagé par la mort. Elle s'approche de lui, et pose ses lèvres sur ses lèvres. Ce moment est parsemé de tous leurs moments, en folie, à la vitesse supérieure, les moments de leur amour tourbillonnants autour de leurs deux visages comme la vie défile aux yeux de ceux qui glissent vers le néant ; le néant qui l'attend, lui, dans l'au-delà, et elle dans l'en-delà ; tous deux vers le néant. Les instants du premier baiser, la bataille de polochons, l'amour mauvais des mauvais jours aussi, les montées et les descentes des montagnes, les excitations infinies, les illusions perdues, le bonheur absolu, évident, le temps suspendu, tout est là, encore à cet instant, encore plus évident et plus fort que jamais, peut-être. Le goût de ses lèvres, dans le froid. Le goût de ses lèvres, comme une transmission de la mort. »

Les cœurs autonomes, de David Foenkinos

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Romans

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2013

Genre : Roman

Date de parution : 2000

Quatrième de couverture :

Première partie : dans le Jardin des oliviers, un homme attend que les soldats viennent l'arrêter pour le conduire au supplice.

Quelle puissance surnaturelle a fait de lui, fils de menuisier, un agitateur, un faiseur de miracles prêchant l'amour et le pardon ?

Deuxième partie : trois jours plus tard, au matin de la Pâque, Pilate dirige la plus extravagante des enquêtes policières. Un cadavre a disparu et est réapparu vivant !

À mesure que Sherlock Pilate avance dans son enquête, le doute s'insinue dans son esprit. Et avec le doute, l'idée de foi.

Mon avis :

J'ai beaucoup apprécié ce livre qui pourtant, à première vue, ne m'intéressait pas tellement... Si j'ai décidé de me lancer dans cette lecture, c'est plus pour la réputation de son auteur et le prix qu'il a obtenu (Grand Prix des lectrices de Elle en 2001) que pour le roman en lui-même, dont le titre, comme la quatrième de couverture, ne m'inspiraient pas plus que ça... Et je n'ai pas été déçue !

Loin d'une exhortation à la foi, ce roman constitue avant tout une réflexion, mêlant le registre fantastique à l'enquête policière que mène Pilate pour élucider les mystères du surnaturel... Plus qu'un message chrétien, c'est un message universel que le livre s'applique à partager : celui de l'amour ; chacun est libre ensuite de croire ou ne pas croire. Étant moi-même athée et disposant d'une culture religieuse assez succincte (l'école biblique remonte maintenant pour moi il y a plusieurs années...), ce livre m'a donné envie d'entamer la lecture de la Bible (que j'avais déjà commencée sans succès lorsque j'étais plus jeune...).

Un conseil : je recommande de lire d'abord le Journal d'un roman volé, bien qu'il figure à la suite du roman. C'est ce que j'ai choisi de faire et cela m'a beaucoup éclairée sur l'état d'esprit de l'auteur au moment de l'écriture, ses choix et ses réflexions qu'il n'a pas pu intégrer au sein de la fiction.

Extraits :

"- Tu songes à ma cousine, P. ?

- Oui. C'est idiot. Mais l'amour rend si fragile.

- Au contraire, P., l'amour rend si fort. [...] Si tu as l'air droit, solide, inébranlable, P., ce n'est pas parce que tu es grand nageur et bon cavalier, c'est parce que tu aimes C. et que tu en es aimé. J'ai l'impression que c'est là ta vraie colonne vertébrale [...] j'ai l'impression que tu es constamment toi-même. La raison en est C."

***

"On ne voit jamais les autres tels qu'ils sont. On n'en a que des visions partielles, tronquées, à travers les intérêts du moment. On essaie de tenir son rôle dans la comédie humaine, rien que son rôle - c'est déjà si difficile."

L'Evangile selon Pilate, d'Eric-Emmanuel Schmitt

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Romans

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2013

A tous ceux qui se protègent de l'amour...

"Et je me suis mise à imaginer comment j'aimerais vivre ce moment-là. J'aimerais être gaie, pleine de curiosité, heureuse ; vivant intensément chaque seconde, buvant avidement l'eau de la vie ; me fiant de nouveau à mes rêves ; capable de me battre pour satisfaire mes désirs.

Aimant un homme qui m'aimait. [...]

Je regardais la femme que j'avais été jusqu'alors : faible, et cherchant à donner une impression de force. Ayant peur de tout, mais se disant à elle-même que ce n'était pas la peur, que c'était la sagesse de qui connaît la réalité. Élevant des murs devant les fenêtres qui laissaient passer l'allégresse du soleil [...] assise au coin de la pièce, fragile, lasse, désabusée. Gouvernant et tyrannisant ce qui devait toujours rester libre : les sentiments. Essayant de juger l'amour futur d'après la souffrance passée.

L'amour est toujours nouveau. Peu importe que l'on aime une fois, deux fois, dix fois, dans sa vie - on se trouve toujours devant une situation inconnue. L'amour peut nous mener en enfer ou au paradis, mais il nous mène toujours quelque part. Il faut l'accepter, car il est ce qui nourrit notre existence. Si nous nous dérobons, nous mourrons de faim en ayant sous les yeux les branches chargées de fruits de l'arbre de la vie, sans oser tendre la main pour les cueillir. Il faut chercher l'amour où qu'il soit, quand bien même cela peut signifier des heures, des jours, des semaines de déception et de tristesse."

***

A tous ceux qui doutent des sentiments de la personne aimée...

"Je t'aime, l'ai-je entendu dire.

- J'apprends à t'aimer", ai-je répondu. [...]

"Tu crois que le bon moment va arriver ?" [...]

"Tu n'aurais pas dû poser la question. L'amour ne pose pas beaucoup de questions, parce que, si nous commençons à réfléchir, nous commençons à avoir peur. C'est une peur inexplicable, il ne sert à rien de vouloir l'exprimer par des mots. Ce peut être la peur d'être méprisée, de n'être pas acceptée, de rompre le charme. Cela peut paraître ridicule, mais c'est comme ça. C'est pourquoi on ne pose pas de questions, on agit. Comme tu l'as dit toi-même tant de fois, on court le risque."

Extraits de Sur le bord de la rivière Piedra, je me suis assise et j'ai pleuré, de Paulo Coelho

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Citations

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

1- Astrid Lindgren (suédoise)

2- Roald Dahl (gallois)

3- Lewis Carroll (britannique)

4- Lyman Frank Baum (américain)

5- Philip Pullman (britannique)

6- Clive Staples Lewis (irlandais)

7- Joanne Rowling (britannique)

8- Ann Brashares (américaine)

9- Suzanne Collins (américaine)

10- Michael Hoeye (américain)

Mon top 10 des auteurs jeunesse non francophones

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Top

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

1- Edgar Allan Poe (américain)

2- Stefan Zweig (autrichien)

3- Erri De Luca (italien)

4- John Steinbeck (américain)

5- Henry James (américain)

6- Gabriel Garcia Marquez (colombien)

7- Paulo Coelho (brésilien)

8- Gibran Khalil Gibran (libanais)

9- Nicolas Gogol (russe)

10- Luis Sepulveda (chilien)

11- Jane Austen (anglaise)

12- George Orwell (anglais)

13- Oscar Wilde (irlandais)

14- Dino Buzzati (italien)

15- Franz Kafka (pragois)

Mon top 15 des auteurs non francophones

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Top

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

1- Hygiène de l'assassin (1992)

2- Les Combustibles (1994)

3- Acide sulfurique (2005)

4- Cosmétique de l'ennemi (2001)

5- Mercure (1998)

6- Le Sabotage amoureux (1993)

7- Le Fait du prince (2008)

8- Barbe bleue (2012)

9- Stupeur et tremblements (1999)

10- Biographie de la faim (2004)

Mon top 10 des romans d'Amélie Nothomb

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Top

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

1- Amélie Nothomb

2- Eric-Emmanuel Schmitt

3- Anna Gavalda

4- Philippe Besson

5- Léonora Miano

6- Milan Kundera

7- Muriel Barbery

8- David Foenkinos

9- Jean-Marie Gustave Le Clézio

10- Mathias Malzieu

Mon top 10 des auteurs francophones actuels

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Top

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

1- Marguerite Duras

2- Albert Camus

3- Raymond Queneau

4- Eugène Ionesco

5- Jean-Paul Sartre

6- André Gide

7- Boris Vian

8- Romain Gary

9- Marguerite Yourcenar

10- François Mauriac

Mon top 10 des auteurs français du XXème siècle

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Top

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

1- George Sand

2- Alfred de Musset

3- Guy de Maupassant

4- Gustave Flaubert

5- Victor Hugo

6- Théophile Gautier

7- Jules Amédée Barbey d'Aurevilly

8- Arthur Rimbaud

9- Prosper Mérimée

10- Alphonse Daudet

Mon top 10 des auteurs français du XIXème siècle

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Top

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2013

1- Molière

2- Jean de La Fontaine

3- Voltaire

4- Madame de La Fayette

5- Pierre de Marivaux

Mon top 5 des auteurs français des XVIIème et XVIIIème siècles

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Top

Repost 0