Citations de Les autres, d'Alice Ferney

Publié le 2 Avril 2018

"Vivre, je n'y arriverai jamais. Est-ce que j'aime vraiment la vie ? Je ne m'accoutume pas à la perte, partout aux aguets, ou déjà au travail, gribouillant le bonheur. Maintenant je reçois les cadeaux dus à mon âge : aimer un homme, travailler, entreprendre, enfanter, élever des enfants. Plus tard je rendrai les enchantements : les regarder s'éloigner, se tenir les uns à côté des autres et souvent être déçue que rien ne soit vraiment dit, voir fondre dans ses mains tous les pouvoirs qu'on avait... Pourquoi ne puis-je m'empêcher de penser aux ombres tapies dans l'avenir, aux orages lointains, aux marées très basses de toutes mes amours ? Il faudrait vivre un instant après un autre, comme ils viennent, mais j'ai la perspective entière sous les yeux."

***

"Chaque enfant vient dans une famille occuper le territoire laissé libre par les autres."

***

"Le passé ne se range pas dans une boîte, ou bien cette boîte n'a pas de couvercle. Le passé en nous se diffuse, se perpétue, nous configure, nous tord. Mon passé, ce joug, cette désolation, ce démenti, un poison qui creuse des trous dans le présent. Ma rage est émiettée, mon élan m'est ravi, j'ai été entraînée à l'écart de la paix, de la beauté, et de la vie. Je n'ai jamais su l'amour, son visage, son regard, ses effets, tout l'or joyeux qu'il fait rebondir dans nos veines et qui nous porte vers la grâce du monde... Je n'ai vu que ses complots, ses compromissions, ses perversions et ses manies."

***

"Quoique le même sang coule dans nos veines, quoiqu'un lien de chair, un jour d'enfantement et cent souvenirs de bonheur nous attachent, nous sommes séparées, enveloppées dans des corps séparés [...]. Nous sommes capables de vivre les uns sans les autres. Bien sûr nous croyons le contraire, nous implorons de tout partager, nous feignons d'y croire, nous nous coulons les uns dans les autres, mais c'est une comédie, la comédie de la vie."

***

"Je n'ai pas profité de ma santé, et maintenant qu'elle vacille, je découvre la chance que j'avais. Avons-nous des mains et des yeux qui ne savent pas travailler ensemble : ne pas voir ce que l'on tient, voir ce que l'on perd ?"

Citations de Les autres, d'Alice Ferney

Rédigé par Perrine

Publié dans #Citations

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article