Comme le fleuve qui coule, de Paulo Coelho

Publié le 29 Janvier 2014

Genre : Recueil

Date de parution : 2006

Quatrième de couverture :

Comme le fleuve qui coule est un recueil de 101 textes courts publiés par Paulo Coelho entre 1998 et 2005. Au fil des pages, il nous ouvre les portes de son univers d'écrivain, fait de petits morceaux de quotidien et de récits imaginaires qui acquièrent sous sa plume une dimension de contes philosophiques et pédagogiques à l'usage de tous ceux et de toutes celles qui désirent vivre en harmonie avec le monde qui les entoure.

« Ces pages contiennent les récits de certains moments que j'ai vécus, des histoires que l'on m'a racontées, des réflexions que je me suis faites pendant que je parcourais une certaine étape du fleuve de ma vie. Ces textes ont été publiés dans divers journaux du monde, et j'ai décidé de les réviser et de les compiler dans ce recueil. Ils font partie de mon existence et je vous les offre, à vous, mes lecteurs. »

Paulo Coelho

Mon avis :

On reconnaît typiquement dans ce recueil la plume et les thèmes de prédilection de l'auteur : le rêve, les épreuves du destin et l'accomplissement d'une légende personnelle ; l'amour, la foi, l'espoir et l'optimisme ; la mort, le temps qui passe, nos différences...

Chaque petit texte illustre, à la manière d'une métaphore, une idée de l'auteur à l'aide d'un exemple concret, aboutissant à une morale plus ou moins explicite comme en conclusion d'une fable.

Extraits :

"Je mène un long et difficile combat contre moi-même [...].

L'angoisse est immense, mais je suis décidé à rester ici, sans rien faire, au moins quelques heures.

Peu à peu, l'anxiété cède la place à la contemplation, et je commence à écouter mon âme. Elle avait une folle envie de causer avec moi, mais je suis tout le temps occupé."

***

"Savez-vous que les bananes peuvent vous enseigner la signification de l'existence ?"

Il a retiré de son sac une banane pourrie, et il l'a jetée.

"Celle-là, c'est la vie qui est passée, on n'en a pas profité au bon moment, et maintenant il est trop tard."

Ensuite, il a pris dans le sac une banane encore verte, la lui a montrée et l'a rangée.

"Celle-là, c'est la vie qui n'est pas encore arrivée, il faut attendre le bon moment."

Enfin, il a sorti une banane mûre, l'a épluchée, et l'a partagée avec Isabella.

"Celle-ci, c'est le moment présent. Sachez la dévorer sans crainte ni culpabilité."

Comme le fleuve qui coule, de Paulo Coelho

Rédigé par Perrine

Publié dans #Essais

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article